Aller au contenu

Pascale CESAR

Députée de Meurthe-et-Moselle

Loi n° 2022-296 du 2 mars 2022 visant à démocratiser le sport en France parue au  JO n° 52 du 3 mars 2022

Ce texte a pour objectif de : développer la pratique du sport pour le plus grand nombre; renouveler le cadre de gouvernance des fédérations, de leurs instances déconcentrées, des ligues professionnelles et des organismes de représentation et de conciliation ; créer une plateforme nationale de lutte contre la manipulation des compétitions sportives ; et lutter contre la retransmission illicite des manifestations et compétitions sportives.

Consulter le texte du Journal Officiel

Le texte a été enrichi par les parlementaires et le gouvernement au cours de son examen.

La pratique sportive pour le plus grand nombre

La loi a pour objectif de développer la pratique sportive pour le plus grand nombre. Elle inscrit parmi les missions d’intérêt général des établissements et services médico-sociaux (ESMS) l’offre d’activités physiques et sportives ainsi que d’activités physiques adaptées pour les patients atteints d’affection de longue durée. Un « référent sport » devra être désigné dans tous ces établissements.

Les parlementaires ont élargi la prescription du sport santé aux maladies chroniques ou aux personnes présentant des facteurs de risques ou en perte d’autonomie. Jusqu’ici, la prescription du sport est réservée aux affections de longue durée (ALD). Le sport sur ordonnance pourra dorénavant concerner par exemple l’hypertension artérielle, l’obésité ou la dépression.

Des amendements des sénateurs ont prévu :

  • la reconnaissance dans la loi des « maisons sport-santé » lancées en 2019 ;
  • l’instauration d’une pratique sportive quotidienne à l’école primaire et l’inscription de l’aisance aquatique dans les programmes d‘EPS ;
  • la possibilité pour les entreprises d’inscrire le sport dans leur raison d’être.

En revanche, l’amendement sénatorial qui interdisait le port du voile dans les compétitions sportives organisées par les fédérations a été supprimé par les députés.

Le code du sport a été complété pour préciser que le développement du sport pour tous et le soutien aux sportifs de haut niveau et aux équipes de France dans les compétitions internationales sont d’intérêt général.

Sur le plan local, le texte prévoit :

  • l’obligation pour les collectivités locales d’aménager, lors de la construction d’une école, d’un collège ou lycée public ou lors d’une rénovation importante, un accès indépendant aux équipements sportifs de cet établissement ;
  • la possibilité pour les établissements scolaires et universitaires et les associations d’utiliser des équipements sportifs propriété de l’État ou de ses établissements publics ;
  • l’élaboration par les communes et les intercommunalités volontaires de plans sportifs locaux, auxquels seront associés notamment les acteurs du sport et les écoles, collèges et lycées.

La gouvernance des fédérations sportives

La loi, telle qu’adoptée, rénove la gouvernance des fédérations sportives en imposant une parité progressive intégrale dans les instances dirigeantes et en renforçant les obligations de transparence (extension de l’obligation de déclarations patrimoniale et d’intérêt…). Le nombre de mandats des présidents de fédérations et de ligues professionnelles est, par ailleurs, limité à trois.

L’obligation, au sein des formations aux métiers du sport, d’un enseignement contre les violences sexuelles et la lutte contre tout type de violences et de discriminations a fait l’objet d’un nouvel article introduit par les parlementaires.

Sur amendement sénatorial, l’accompagnement des sportifs de haut niveau en matière de reconversion professionnelle est renforcé en l’intégrant au projet de performance fédéral proposé par les fédérations.

Sur amendement du gouvernement, les fédérations sportives devront informer leurs licenciés qu’ils peuvent souscrire une assurance protection juridique permettant de les accompagner en cas de problèmes de violences, notamment pour des faits d’abus sexuels ou d’autorité.

Le modèle économique sportif

Des dispositions sur le modèle économique sportif complètent le texte.

La plateforme nationale destinée à lutter contre les paris sportifs truqués, qui existe déjà, est consacrée dans la loi. Pour combattre les paris sportifs illégaux, le gouvernement via un amendement, a remplacé le blocage judiciaire des sites illégaux en matière de jeux d’argent par un blocage administratif, qui permettra au président de l’Autorité nationale des jeux (ANJ) de dresser la liste noire des sites qui devront être bloqués par les fournisseurs d’accès à internet.

Le texte prévoyait aussi un dispositif visant à lutter contre le streaming illégal dans le sport, qui a été mis en place entre temps par la loi du 25 octobre 2021 relative à la régulation et à la protection de l’accès aux œuvres culturelles à l’ère numérique.

À l’initiative des sénateurs, les clubs sportifs pourront allonger les premiers contrats professionnels des joueurs de 3 à 5 ans, sous réserve d’un accord collectif de discipline. Un décret est prévu.

Les députés ont enfin ouvert la possibilité pour les ligues professionnelles de créer une société commerciale, adossée à un fonds d’investissement, pour gérer les droits sportifs. Une telle société ne pourra toutefois pas être créée sans l’accord de la fédération sportive délégataire. La ligue ne pourra céder que 20% de son capital à un investisseur. Cette disposition vise à répondre aux difficultés que connaissent les clubs professionnels pour assurer leur pérennité financière, à l’heure où leur modèle est menacé par les conséquences économiques de la crise sanitaire.

LIRE DANS « VIE PUBLIQUE »

Abonnez-vous à notre newsletter

En vous abonnant à la newsletter, vous acceptez de donner votre mail au site pascalecesar.fr et acceptez la politique de confidentialité relative à la partie des newsletter. Vous pouvez à tout moment vous désabonner en faisant une demande grâce à notre formulaire de contact

FACEBOOK

Archives