Aller au contenu

Pascale CESAR

Députée de Meurthe-et-Moselle

Face à la flambée des prix des carburants liée à la guerre en Ukraine, le Premier ministre annonce une remise de 15 centimes par litre pour aider tous les Français

Aujourd’hui, le baril s’échange à près de 120 $, soit le double du niveau d’il y a 3 ans. Le cours du pétrole sur les marchés internationaux est extrêmement volatile, et des fluctuations très fortes sont attendues au cours des prochaines semaines à cause de la guerre en Ukraine. S’il est difficile de prévoir l’évolution des prix du pétrole, le Gouvernement estime néanmoins que les prix à la pompe vont rester durablement hauts, probablement au-dessus de 1,8 €/L et qu’il y aura des variations très fortes et très rapides : aujourd’hui le prix du sans plomb et gazole a dépassé les 2 euros par litre.

Le Gouvernement a décidé de ne pas laisser nos concitoyens démunis face à cette situation. Des mesures avaient d’ores et déjà été prises :

l’indemnité inflation, 100 euros pour tous les Français gagnant moins de 2000 euros par mois ;

– la revalorisation de 10% du barème de l’indemnité kilométrique pour les gros rouleurs ;- un chèque énergie exceptionnel de 100 € pour 5,8 millions de ménages modestes versé en décembre 2021.

– en outre, les Français sont déjà protégés, grâce au bouclier tarifaire, des hausses monstrueuses des prix de l’électricité et du gaz que subissent bon nombre de nos voisins européens.

Il a décidé d’aller plus loin et trouver un système qui bénéficie rapidement et à tout le monde.

Une baisse d’impôt, par exemple, aurait été un effet d’annonce plus qu’un effet sur les prix puisqu’elle n’aurait pas bénéficié à tous les professionnels et qu’elle aurait pu nécessiter un vote du Parlement et donc une mise en place plus longue.

Aussi, le Premier ministre a annoncé qu’à compter du 1er avril, et pour une durée de 4 mois, une remise de 15 centimes par litre sera appliquée sur le prix à la pompe. Concrètement, le prix affiché à l’entrée des stations sera le prix sans remise, et le prix payé en caisse intégrera la remise. Ce délai, très court, correspond à celui nécessaire pour les stations-services d’intégrer la remise à leurs systèmes d’information.

Environ 9 euros seront économisés pour chaque plein de 60 L. Cette « remise carburant » sera financée par l’État. Elle sera intégralement prise en charge par l’État et représentera un effort de plus de 2 milliards d’euros. Dans les jours qui viennent, le gouvernement s’ entretiendra avec les distributeurs afin qu’ils puissent faire un geste et accentuer l’effet de la mesure importante prise.

Cette « remise carburant » concerne tous les Français, les particuliers comme les professionnels. Cela inclut notamment les transporteurs routiers, les taxis, les agriculteurs, les acteurs des travaux publics et du bâtiment, ainsi que les pêcheurs.

Mis en place de façon transitoire, ce dispositif sera remplacé fin juillet par un autre, plus pérenne, qui permettra de soutenir de manière plus ciblée les bénéficiaires à partir de critères liées au niveau de revenu, à l’activité professionnelle et au kilométrage parcouru (« gros rouleurs »).

Pour mémoire, cette nouvelle mesure sur les carburants élargit le bouclier tarifaire qui représente déjà un effort exceptionnel de l’État d’environ 20 milliards d’euros pour protéger les Français face à la hausse des prix :

blocage des tarifs du gaz depuis octobre 2021. Il a permis d’éviter une hausse des tarifs de plus de 39,2 % au 1er mars 2022 par rapport à octobre, soit près de 500 € par an pour un ménage. Ce blocage sera prolongé jusqu’à fin 2022 ;

blocage des tarifs de l’électricité en 2021 et hausse limitée à 4 % au maximum en 2022. Le Gouvernement a réduit de 95 % la taxe sur la consommation d’électricité et a augmenté de 20 TWh le plafond de l’électricité nucléaire vendue par EDF à un tarif réglementé (ARENH). La Commission de régulation de l’énergie estime que cela a permis d’éviter une hausse des tarifs de 35 % au 1er février 2022, soit 300 € par an pour un ménage ;

chèque énergie exceptionnel de 100 € pour 5,8 millions de ménages modestes versé en décembre 2021. Ce chèque exceptionnel s’ajoute au chèque énergie déjà versé au printemps 2021 de 150 euros en moyenne. Il s’ajoute aussi au chèque énergie qui sera versé en avril prochain ;

versement de l’indemnité inflation de 100 € pour 38 millions de ménages début 2022 afin de faire face à la hausse du prix des carburants

Abonnez-vous à notre newsletter

En vous abonnant à la newsletter, vous acceptez de donner votre mail au site pascalecesar.fr et acceptez la politique de confidentialité relative à la partie des newsletter. Vous pouvez à tout moment vous désabonner en faisant une demande grâce à notre formulaire de contact

FACEBOOK

Archives